Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Médias & Entrepreneuriat

Dur dur d'être journaliste économique ?

30 Juin 2013 , Rédigé par Valérie Bauer-Eubriet Publié dans #LES COULISSES DES MEDIAS

Dur dur d'être journaliste économique ?

 

C'est en tous cas le constat d'un rapport de l'Idies, Institut pour le développement de l'information économique et sociale, qui s'est penché sur les conditions de fabrication de l'information économique et sur ceux qui la fabriquent, à savoir les journalistes.

Compte-rendu...

Vous trouvez que tous les médias traitent les mêmes sujets comme des moutons ? Que les journalistes simplifient à outrance certaines problématiques qui mériteraient un traitement plus nuancé ? Voire qu'ils font parfois des erreurs ? ça arrive... et, à en croire le diagnostic posé par les experts de l'Idies, c'est pas prêt de s'arrêter ! Éléments d'explication...

 

 

Une question de formation ?

 

Jean-Marie Charon, sociologue des médias qui a piloté ces travaux, invoque notamment le recul de la formation des journalistes en économie. Alors que les questions économiques ont récemment pris une place particulièrement importante dans le débat public, du fait de la crise, avec son lot de sujets compliqués à traiter, l'Idies note que le nombre de journalistes formés à l'économie a baissé. Ils sont 6% à avoir suivi une formation dans ce domaine actuellement contre 12% il y a 10 ans. Un constat d'autant plus inquiétant, selon les auteurs de l'étude, que les journalistes, à quelques rares exceptions près, ont de manière générale assez peu accès à la formation continue. Le rapport évoque cependant l'initiative intéressante de TF1 en 2012 avec "la mise en place d'une formation aux fondamentaux de l'économie réalisée à Sciences-Po Paris".

 

Pour Jean-Marie Charon, cette baisse de journalistes formés en eco s'explique :

  1. D'une part par la baisse générale des effectifs au sein des rédactions,
  2. D'autre part par l'accélération du rythme de production de l'information.

Face à l'impératif de productivité accru, les rédactions préfèrent embaucher des diplômés d'écoles de journalisme qui, bien qu'ayant des lacunes en économie, seront "immédiatement opérationnels, capables de traiter tous les sujets" avec lesquels ils se familiariseront une fois sur le terrain. Plus "rentable" a priori que de prendre des économistes qu'il faudra former aux rudiments du journalisme. Et Jean-Marie Charon d'expliquer que la préférence accordée aux diplômés issus d'écoles de journalisme est perçue de manière positive par les médias grands publics (qui y voient un gage de professionnalisation), alors qu'elle est moins bien vécue par des journaux spécialisés comme Les Echos qui y voient une menace pour leur compétence économique.

Le retournement de la relation journalistes / entreprises

 

Pour le sociologue, on assiste à un retournement de la relation entre journalistes et entreprises lié à l'essor de la communication d'entreprise. Alors que la presse subit de plein fouet la crise de son modèle économique, les journalistes se doivent d'être davantage attentifs aux annonceurs ("inquiétude de perdre des budgets publicitaires dans un contexte de pénurie"). Ils pratiquent en conséquence une certaine forme d'auto-censure qui met à mal le sacro-saint principe d'indépendance des journalistes.

Selon le rapport, l'accélération du rythme de production de l'information fragilise leur rapport à la communication car ils ont moins de temps pour vérifier les infos, prendre du recul etc.

Le règne des experts

 

Face à la réduction des effectifs et la disparition de certaines compétences, les médias ouvrent de plus en plus leurs colonnes aux interviews et contributions d'experts, souvent les mêmes : les bons clients, pour éviter de perdre du temps. Conséquence : une uniformisation des discours et une tendance à éluder les controverses, les discours de l'expert étant pris au pied de la lettre.

 

 

Pas glorieux pour les médias et la qualité du débat public, mais une opportunité à ne pas négliger pour les entrepreneurs qui souhaitent communiquer...

Partager cet article

Commenter cet article