Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Médias & Entrepreneuriat

[ETUDE] Optimisez vos mails pour les journalistes

19 Octobre 2014 , Rédigé par Valérie Bauer-Eubriet Publié dans #DES PISTES POUR VOS RP

Chaque jour, les journalistes reçoivent un paquet d'e-mails. Très peu donneront lieu à des articles. Comment mettre toutes les chances de son côté pour que son sujet passe entre les mailles du filet ? Fractl, agence de marketing digital américaine, a mené l'enquête auprès de 500 éditeurs et journalistes web de médias variés (sites du New York Times, CNN, Guardian, Slate, Upworthy, Yahoo, MTV, Forbes, Mashable, Reuters...).

Quelques conseils inspirés par cette étude :

L'objet tu soigneras

ça n'a rien d'un scoop : 85% des journalistes interrogés indiquent que l'objet est décisif quant à l'ouverture du mail. Celui-ci doit être court : 6 à 10 mots idéalement en veillant à ce que le texte ne soit pas tronqué lorsqu'il apparaît dans la boîte de réception, rappelle Fractl.

A l'essentiel tu iras

85% des journalistes web conseillent de faire des mails de moins de 200 mots. Attention à ne pas être trop court cependant : le mail doit donner la substance de l'info.

Un autre conseil au passage : adoptez le principe de la "pyramide inversée" (l'info la plus importante au début).

Le Bescherelle tu respecteras

85% des répondants déclarent que les fautes d'orthographe ou de grammaire sont rédhibitoires et que la sanction est sans appel, indépendamment de l'intérêt du sujet : corbeille :-(

Matinal tu seras

L'étude nous apprend que 69% des journalistes préfèrent recevoir les pitchs le matin, 22% l'après-midi et 9% le soir. A nuancer toutefois : s'il s'agit d'une info chaude bouillante nécessitant un traitement dans la journée, mieux vaut effectivement l'envoyer tôt pour que le journaliste puisse s'organiser. Mais si c'est un sujet de fond qui peut vivre sur une durée plus longue, ou l'annonce d'un événement à venir par exemple, mieux vaut sans doute l'envoyer plus tard, pour éviter que l'info ne soit noyée dans la masse et oubliée, car moins urgente.

Et le contact direct dans tous ça ?

C'est l'un des grands enseignements de l'étude : si les journalistes préfèrent, à une écrasante majorité (81%), être contactés par mail (moins intrusif), 64% soulignent l'importance d'établir un contact personnel avant de leur envoyer des infos.

9% n'ont rien contre les pitchs via les réseaux sociaux.

What else ?

Interrogés sur les caractéristiques des contenus qu'ils attendent, les journalistes web citent :

  • des recherches/études exclusives (39%)
  • des scoops, du nouveau (27%)
  • du contenu pertinent (19%)
  • de l'émotion (15%), d'où l'importance du story telling...

Question forme, ils privilégient :

  • les articles (20%),
  • les infographies (13%), n'oublions pas qu'il s'agit de journalistes web qui sont donc particulièrement attentifs à la viralité,
  • des contenus de médias variés (on peut penser à l'insertion de vidéos par ex.), 12%
  • à égalité : de la data-visualisation, des images, des cartes interactives, 11%
  • des communiqués de presse, 7% (chiffre qui ne m'étonne pas vraiment : vous en connaissez, vous, des journalistes qui voudraient plus de communiqués alors que leurs boîtes mails sont déjà inondées ???)
  • des quizz, 5%

Les résultats de l'étude sont présentés sur le blog de la Harvard Business Review et sur le site de Fractl.

Partager cet article

Commenter cet article