Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Médias & Entrepreneuriat

Médiatiser sa boîte : la chance sourit aux petits !

13 Avril 2014 , Rédigé par Valérie Bauer-Eubriet Publié dans #DES PISTES POUR VOS RP

Médiatiser sa boîte : la chance sourit aux petits !

Craignant les articles négatifs, vous hésitez à vous lancer dans les relations presse ? Cette crainte est légitime : communiquer, c'est s'exposer. Mais à ce jeu là, les TPE/PME s'en sortent plutôt bien. Il faut dire qu'elles bénéficient d'un certain capital sympathie auprès des médias. C'est l'effet start-up.

Et c'est scientifiquement prouvé !

Le capital sympathie des petits

2 enseignants-chercheurs en entrepreneuriat*, Miruna Radu-Lefebvre (Audencia) et Renaud Redien-Collot (Novancia), ont analysé le traitement médiatique des entrepreneurs sur 4 ans, de 2001 à 2005. Leur conclusion ? les articles sont souvent positifs. "Ils soulignent la contribution économique et sociale des entrepreneurs qui sont vus comme des personnes qui prennent leur destin économique en main. C’est une vision assez héroïque qui n’a pas beaucoup changé depuis Balzac."

L'entrepreneur et son entreprise illustrent la France qui gagne. Et c'est tout bénef puisqu'une image positive de l'entrepreneur dans les médias est de nature à susciter des vocations.

Moralité : vous pouvez y aller confiant, les journalistes sont a priori plutôt bienveillants avec les petits patrons.

Ceux qui se prêtent à l'exercice des interviews le reconnaissent d'ailleurs volontiers, comme Guillaume Gibault, fondateur du Slip Français. Ses impressions sur les journalistes ? " Avant de me lancer dans les relations presse, je m'en faisais une montagne, mais il n'y a pas de quoi. (...) Les articles sont assez positifs, c'est sans doute l'effet start-up, parce qu'on est une petite boîte qui démarre."

C'est en grandissant qu'on risque d'avoir des articles négatifs.

Guillaume Gibault, fondateur du Slip Français

Attention quand on grandit !

Là, c'est une autre paire de manche, effectivement. Les journalistes seront davantage attentifs aux faiblesses et failles éventuelles. Ils mettront leur nez dans les chiffres. "Des critères objectifs comme la progression du cours de bourse, du CA, la rentabilité peuvent être utilisés. (...) Il est en revanche plus compliqué de se faire une idée sur une entreprise qui vient de se créer et pour laquelle on dispose de peu d'indicateurs, difficilement vérifiables" (Yann Le Galès, Le Figaro Economie). Ceci explique cela...

Quoi qu'il en soit, l'effet start-up n'est pas automatique. Encore faut-il que vous soyez vous-même sympathique.

Les citations de cet article sont issues de l'ouvrage "Médiatiser sa boîte. Développer son business grâce aux relations presse", Ellipses.

Partager cet article

Commenter cet article